Journée du patrimoine communal

De toutes les nations d’Europe, la France à l’une des Histoires la plus longue et la plus riche. Mais de cette histoire, chaque siècle à connu son lots de guerres.

Chaque guerre, quels qu’en soient les belligérants, quelles qu’en soient les raisons, comporte son lot d’infamie, de désolation et d’horreur. Les guerres « propres » n’existent pas. Chaque guerre est payée au prix du sang versé par des dizaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants.

Mais lorsque les cieux sont assombris par la fumée des batailles, les populations se rattachent à la promesse de jours meilleurs. C’est toujours lors de ces grandes périodes de troubles et de désespoir que surviennent les actes les plus nobles, ceux que la bravoure, la résilience et l’abnégation commandent.

La guerre Franco-prussienne de 1870 en est un exemple.

Suite à la capitulation de l’armée Française à Sedan le 1er septembre 1870, les routes d’Amiens et de Paris étaient ouvertes aux armées Prussiennes. Tout le nord-est de la France voyait alors déferler les troupes de Guillaume 1er. L’Empire est vaincu, Napoléon III est déchu, et la troisième République est instaurée.

En octobre 1870, l’envahisseur est aux portes de Gisors. Et si dans la culture militaire la France est notre mère, alors Gisors est la grande sœur. Aussi, le comte Edouard de Briey, alors Maire de Bazincourt, décide de constituer un corps de Franc Tireurs afin de protéger la frontière naturelle qu’est l’Epte, et ainsi permettre l’organisation de la défense de Gisors.

Mais cette troupe de volontaires ne fait pas le poids face à l’armée régulière. Repoussés à Eragny sur Epte, nos Braves sont poursuivis à Bazincourt où ils résistèrent avant de céder.

Faits prisonniers, certains sont exécutés après un jugement sommaire, malgré les tentatives du Comte de Briey pour obtenir leur libération.

Onze Bazincourtois étaient de ceux-là.

Quelles étaient leurs motivations ? Protéger cette terre? Protéger leur Famille ? Lutter, comme leurs parents avant eux, contre le vieil ennemi Prussien ?

Quel qu’est put être l’idéal poursuivit, il était bien supérieur au simple intérêt personnel, et nous inspire reconnaissance et admiration.

Marin Boudier, mort pour la France

Alexandre Feugueur, mort pour la France

Chilpéric Gallais, mort pour la France

Théodule Gosse, mort pour la France

Eugène Lebrun, mort pour la France

François Marchand, mort pour la France

Alexandre Morin, mort pour la France

Eloi Porqueur, mort pour la France

Eugène Raban, mort pour la France

Antoine Viradou, mort pour la France

Charles Heurteux, mort pour la France

Charles Heurteux. Maire de Bazincourt de 1833 à 1848, est mort au combat, le 9 octobre 1870… à l’âge de 73 ans.

Une vie au service de l’intérêt général et de la Nation.

Une mort en véritable parangon de Bravoure et de Patriotisme.

A la mémoire des Braves Bazincourtois morts en défendant la nation les 9 et 10 octobre 1870.

Malheureusement, à cause de la folie des Hommes, la guerre de 1870 ne fût pas la dernière à avoir ensanglanté l’Europe et le monde.

Aujourd’hui encore, nos forces armées sont déployées partout dans le monde et sur le territoire national, pour protéger nos libertés et venir en aide aux populations en souffrance.

Sapeurs pompiers, policier, gendarmes, militaires, personnels soignants, toutes celles et tous ceux qui œuvrent jours après jours pour garantir notre sécurité et nos libertés, sans oublier ceux qui sont revenus, mais ont été blessés ou traumatisés par ce qu’ils ont pu voir,

Vos sacrifices nous obligent… Votre mémoire nous honore.

Vive la République. Et vive la France.

Hervé Glezgo

Madame la Sénatrice, Kristina Pluchet
Monsieur le Vice-Président du Département et Président de la Communauté de Communes, Alexandre Rassaërt,
Madame Angèle Delaplace, conseillère départementale
Inauguration du Square « Charles Heurteux »
Maire de Bazincourt de 1833 à 1848
Mort pour la France le 9 octobre 1870

Madame Angèle Delaplace, conseillère départementale
Madame la sous-préfète, Virginie Séné Rouquier
Monsieur le Maire, Hervé Glezgo
Madame la Sénatrice, Kristina Pluchet
Monsieur le Vice-Président du Département et Président de la Communauté de Communes, Alexandre Rassaërt

Guy Lautrette, maître de cérémonie, président du Comité d’Entente des Associations Patriotiques du Canton Gisors,
Capitaine Alexandre Moullac pour les sapeurs pompiers,
Capitaine Mickael Joret pour la gendarmerie,

Présentation du livret : Bazincourt-sur-Epte – Terre d’inspiration

C’est en présence de son auteur, Pierre Molkhou, « Histoire et Municipalités » que le livret Bazincourt-sur-Epte – Terre d’inspiration nous à été dévoilé.

Sans en dévoiler le contenu, ce livret retrace l’histoire de Bazincourt-sur-Epte et Thierceville.


Cloche de la Chapelle Sainte Jovine de Thierceville
Découverte de la cloche de la Chapelle Sainte Jovine avec Madame Arlette Chevalier

L’ancienne Chapelle Sainte Jovine de Thierceville se tenait dans l’actuelle parc du château de Bobigny.

Détruite en 1990, de cette Chapelle reste sa cloche qui fut longtemps à l’ombre d’une grange du Château.

Nous avons donc fait la demande à Abdel Sadi, Maire de Bobigny pour récupérer cette cloche, seul témoin de cette Chapelle Sainte Jovine.

Monsieur le Maire en compagnie de
Monsieur Abdel Sadi, Maire de Bobigny


Remerciements

Merci aux personnes ayant été présente en ce jour et aux personnes ayant participé dans ces projets :

  • Habitants et habitantes de Bazincourt-sur-Epte / Thierceville et de ses environs.
  • Madame la Sénatrice, Kristina Pluchet.
  • Madame la sous préfète des Andelys, Virginie Sene Ruquier.
  • Madame la conseillère départementale Angèle Delaplace.
  • Monsieur le Vice-Président du Département et Président de la Communauté de Communes, Alexandre Rassaërt.
  • Monsieur le Maire d’Authevernes, James Blouin, Monsieur le Maire de Dangu, Gilles Delon, Madame la Maire de Bézu-la-forêt, Chantal Arvin Berod, Monsieur le Maire Adjoint de Gisors, Frank Capron.
  • Monsieur le Maire de Bobigny, Abdel Sadi.
  • Guy Lautrette, président du Comité d’Entente des Associations Patriotiques du Canton Gisors, les anciens combattants et porte drapeaux.
  • Capitaine Alexandre Moullac pour les sapeurs pompiers, Capitaine Mickael Joret pour la gendarmerie.
  • Monsieur Pierre Molkhou, « Histoire et Municipalités » .
  • Nos Agents, Pascal, Robert, Jérôme.