Chenille Processionnaires

Ces chenilles, qui provoquent des démangeaisons, voire des symptômes plus graves, connaissent une forte poussée en cette fin de printemps. On fait le point.

Dangereuses pour les hommes et les animaux, les chenilles processionnaires font leur retour au printemps, dans les jardins publics et privés. Mais à quelques jours de l’été, elles sont toujours autant présentes dans certaines forêts et espaces verts.

Elles sont présentes sur les arbres, à la fois dans les forêts, en ville, mais aussi dans les jardins et parcs privés comme publics.

D’une année à l’autre, sa forte présence peut varier, selon l’ONF (Office national des forêts). Par exemple, les gels de printemps, particulièrement vifs en avril, « peuvent détruire les jeunes feuilles, et réduire la quantité et la qualité de la nourriture disponible pour les jeunes chenilles, contribuant ainsi à une certaine mortalité (des chenilles) ».

Dangereuses pour l’homme et les chiens

Les poils de la chenille processionnaire provoquent une réaction urticante ou de l’urticaire, une éruption cutanée douloureuse avec de fortes démangeaisons. Une intervention médicale est souvent nécessaire.

Les personnes entrant souvent en contact avec les chenilles processionnaires ont des symptômes de plus en plus importants. Dans les cas graves, un choc anaphylactique peut mettre la vie en danger.

Dans tous les cas, en cas de doutes, et de symptômes prenez directement contact avec votre médecin, ou rendez-vous aux urgences de l’hôpital le plus proche.

Face à certains de nos amis à quatre pattes, notamment les chiens, ces chenilles urticantes peuvent être dangereuses. Sur les animaux, les cas de nécrose de la langue sont très fréquents. Les animaux curieux s’approchent et prennent contact avec leur truffe ou, pire, les prennent dans leur gueule.

Une ulcération apparaît très vite, l’animal bave, les babines et la langue enflent et deviennent rouges. Puis elles commencent à durcir et virer au blanc, avant de devenir violettes, voire noires. L’inflammation est violente et intense.

En cas de symptômes de ce type chez votre chien, il faut impérativement se rendre chez un vétérinaire. En attendant, il faut bien rincer la gueule à l’eau froide et faire attention que le chien n’avale pas l’eau qui pourrait acheminer les poils urticants jusque dans son appareil digestif.

Pour nos amis à quatre pattes, en cas de doutes ou de symptômes,  prenez contact avec votre vétérinaire habituel ou le plus proche.